Présentation de ClawWinds (Retour au sorcier)




ClawWinds, la griffe des vents, est la troisième dragonne blanche à avoir vu le jour sur drakemaster.





Celle qui n'a pas de clan errera longtemps seule pour construire sa légende.



Mais son √Ęme et celle de la sorci√®re que les rats appellent Skrittnar sont li√©es, s'influen√ßant l'une l'autre √† travers les m√©andres du destin.





Premiers pas.



La petite dragonne marchait seule dans la brume. Autour d'elle le froid semblait faire crisser les feuilles dans les arbres, le vent chantait et loin au dessus d'elle, cachées dans la trouée des arbres, les étoiles murmuraient sans cesse. Pourtant, tout n'était que silence.



Pas apr√®s pas sur la mousse gel√©es et les feuilles mortes cr√©pitantes, ClawWinds se souvenait. Elle se souvenait de la chaleur de la caverne et des piaulements des autres dragonnets. Elle se souvenait des premi√®res flamm√®ches qui chassaient l'obscurit√© de la grotte, et des premiers pas dehors vers les humains et leur or flamboyant. Elle se souvenait enfin des premiers combats contre ses fr√®res et sŇďurs.

N√©e parmi les tous premiers, elle avait grandit vite. La magie de son autre √Ęme l'avait nourri et les batailles avec ses semblables avaient renforc√© son corps et son imp√©tuosit√©. De fait, elle gagnait toujours, ou presque. Et maintenant qu'elle √©tait la plus forte, elle avait voulu aller plus loin. Elle voulait grandir. Elle voulait voir le monde.



Elle s'était alors éloignée de la grotte (trop paisible), au delà des villages (elle en prendra d'autre, peu importe), jusqu'à cette forêt.

Et maintenant elle √©tait seule. Elle apercevait de temps a autre de tr√®s grands dragons dans le ciel ou derri√®re la brume, mais leurs couleurs sont diff√©rentes, comme l'eau, comme les arbres, la terre ou le feu et jamais comme la roche blanche des falaise lointaines. Elle aurait voulu aller vers eux, elle voulait les combattre, les aimer, les aider peut-√™tre ou grandir gr√Ęce √† eux, mais ils fuyaient ou ne la voyaient pas. Leurs couleurs sont toutes diff√©rentes, mais pourquoi la sienne est-elle si seule?

Les dragons dans la caverne, ses fr√®res et ses sŇďurs, √©taient tous si semblable √† elle. Mais tous √©taient si solitaires. Elle n'allait les voir que pour les affronter. Elle avait mal et leur faisait mal, cela donnait faim mais c'√©tait grisant et tous devenaient plus fort.

Oui, la caverne lui manquait maintenant.



Pourtant, elle est loin, et il ne faut pas revenir en arrière. Il faut marcher. Avancer encore.

Car un jour viendra o√Ļ d'autres dragons blancs quitteront la caverne. Ils marcheront eux aussi et la rattraperont.



Les combats recommenceront et elle sera toujours la plus forte, toujours. Et elle partira encore, plus loin et tout recommencera toujours.



Pourvu... pourvu qu'elle ne s'affaiblisse pas à les attendre.



Seconde rencontre.



son errance l'avait conduite au cŇďur de l'immense for√™t profonde, l√† o√Ļ les arbres √©taient si vieux et leur ombre si vaste qu'aucun buisson ne poussait entre les troncs √©parses. Le sol tout entier √©tant fait d'un entrem√™l√Ęt de racines tortueuses, recouvertes de vastes tapis et coussins de mousse moelleuse, et il y avait assez de distance entre les grands arbres pour qu'un troupeau de cerf s'y d√©ploie en harde √©tal√©e.



ClawWinds aimait cet endroit car elle s'y sentait à son aise. Il y avait ici assez d'espace pour déployer ses ailes contrairement à ce qu'elle avait connu dans la partie jeune de la forêt, ou les troncs malingres et resserrés gênaient sa progression. Elle s'y était réfugiée car elle ne voulait plus voir les dragons aux couleurs extravagantes tacher le ciel et la narguer de leurs ombres. Elle s'était enfoncé dans les ténèbres et les branchages en espérant que sa vie prendrait vite un meilleur tournant, et puis elle avait vu les arbres s'écarter pour lui faire une place digne de l'hospitalité propre à leur engeance.

Le sol était doux sous ses pattes encore jeunes et elle n'y manquait pas de victuailles. Vraiment, ClawWinds aimait cet endroit.



Seule et prot√©g√©e sous un ciel de feuillage dense, elle avait fini, peu √† peu, par oublier la caverne. M√™me ses fr√®res et sŇďurs avaient lentement quitt√© ses pens√©es en qu√™te d'autres aventures. Elle les y aurait bien retenus un peu plus longtemps, mais √† quoi bon s'attacher √† de simples souvenirs. Les autres dragons blancs la retrouveraient-ils jamais? Elle √©tait all√© si loin, si profond√©ment dans la for√™t que de douces t√©n√®bres avaient eu raison de cet espoir.



Le temps s'était écoulé, paisible, jusqu'à ce que la dragonne blanche cesse complètement d'attendre les siens. C'est alors qu'ils lui réapparurent avec cette brusquerie que bien des destins affectionnent.



Ce jour l√†, ClawWinds se tenait victorieuse sur la carcasse d'un grand cerf et profitait d'un festin m√©rit√©. Alors que ses crocs plongeaient avec d√©lectation dans la chair encore chaude, elle fut d√©rang√©e par un petit craquement d√©sagr√©able. Celui-ci en effet ne venait non pas des os broy√©s comme cela aurait due √™tre le cas, mais d'un endroit √©loign√©, derri√®re un grand arbre. La dragonne releva la t√™te et la pointa imm√©diatement vers le bruit en grondant. Elle avait l'habitude de la convoitise des loups et savait les convaincre de gagner ailleurs leur propre repas. Mais au lieu des multiples taches grises, noires et beiges attendues, une blancheur √©clatante vint agresser l‚ÄôŇďil de la chasseresse.



Une dragonne¬†! Une dragonne blanche se tenait l√†, lorgnant le corps vermillon du vieux cerf. Elle √©tait efflanqu√©e, bien que solidement b√Ętie par ailleurs et son museau brillait d'une l√©g√®re √©cume. Ses intentions n'√©taient pas difficiles √† deviner. Un profond agacement vint alimenter le grondement de ClawWinds, laquelle se dressa de toute sa hauteur en bombant le dos et gonflant le cou pour manifester sa col√®re. L'effet ne se fit pas attendre, l'autre dragonne se tassa et fila ventre √† terre. Surprise de son efficacit√©, la tueuse de cerfs poussa une rugissement de triomphe et s'√©lan√ßa √† la poursuite de cette rivale, qui avait attendu si longtemps pour venir raviver la flamme des combats. Ses pas martel√®rent le sol alors qu'elle suivait la piste de bois bris√©s et de mousses arrach√©s. √Ä une bonne distance devant elle, un cri retenti et des coups sourds firent trembler l‚Äôenchev√™trement des racines. Furieuse que l'on puisse ainsi agresser les arbres qui l'avaient si doucement recueillie, la grande dragonne acc√©l√©ra sa course et aper√ßu enfin une forme blanche qui d√©passait derri√®re un gros tronc.



ClawWinds s'arrêta, observant la queue qui trahissait la cachette de sa rivale. Elle gonfla de nouveau des écailles, arqua le cou en S à la manière d'un serpent prêt à frapper et contourna l'arbre en maintenant cette attitude, décidée à intimider son adversaire pour parfaire sa victoire. Ensuite pensa-t-elle, elle la laissera fuir et retournera à son repas.



Mais lorsqu'elle vit la dragonne qui se cachait là, ClawWinds senti ses écailles retomber sur toute la longueur de son corps et son cou s'arqua d'avantage, cette fois ci dans le but de ramener sa tête vers un lieu moins exposé... la bête qui se tenait devant elle n'était pas la jeune dragonne qui venait de fuir, mais une autre femelle, blanche également.

Celle ci cependant était bien plus grande que tout ce que la caverne avait jamais proposé à combattre. Il était certain qu'elle venait du même lieu cependant, mais son exil en avait fait une créature monstrueuse.



ClawWinds senti le grondement renaitre dans sa poitrine, mais elle resta figée sur place, le cou replié contre son flanc de façon à faire face à cette adversaire dans une attitude de prudence défensive. Elle ne savait pas quoi faire. L'autre était énorme et gagnerait certainement en cas d'affrontement, mais elle n'entendait pas partager le refuge qu'elle avait mis si longtemps à trouver.



Curieusement, l'autre dragonne n'attaquait pas non plus. Soudainement, elle s'arqua à son tour dans la même position défensive et gronda elle aussi, prenant soin de garder la tête sous le couvert d'une aile à peine relevée.



√Čbahie, ClawWinds pensa que cette nouvelle rivale √©tait sans doute √©puis√©e par un long voyage alors qu'elle m√™me √©tait rest√©e longtemps √† se ressourcer sous les arbres. De plus tout portait √† croire que la premi√®re dragonne √©tait pass√© par ici, fatiguant d'avantage l'imposante cr√©ature avant de reprendre sa fuite effr√©n√©e, vaincue une seconde fois.

Une telle aubaine ne se repr√©senterai pas deux fois. Sans r√©fl√©chir d'avantage, ClawWinds banda ses muscles, repliant ses pattes arri√®res. En une fraction de seconde, elle avait d√©ploy√© toute la longueur de son corps et bondit, ailes resserr√©es et griffes sorties, sur l'immense dragonne stup√©faite. Avant que l'autre ait eu le temps de r√©agir, elle lui ass√©na une pluie de coups fr√©n√©tiques, d√©chirant le cuire de l'aile qui prot√©geait sa t√™te et meurtrissant le flanc expos√© partout o√Ļ elle pu l'atteindre.



D√©pliant soudainement l'aile lac√©r√©e, la grande dragonne parvint √† faire basculer ClawWinds pour s'en d√©gager. Elle lui infligea alors √† son tour des coups violents, mais la propri√©taire des lieux se sentait d√©sormais juste assez s√Ľre d'elle pour ne pas faiblir, pas maintenant. La rivale prise au d√©pourvu ne pu reprendre le dessus et rompit finalement le combat.

Elle pris alors la fuite, sa blancheur rougeoyante disparaissant bient√īt dans la brume matinale qui se levait doucement.



Encore stupéfaite de sa victoire, ClawWinds, heureuse mais épuisée, opta cette fois pour un prudent replis et reprit le chemin menant à son repas.



Elle sentait déjà le doux fumet du sang mammalien, lorsque de nouveaux cris retentirent au loin, derrière elle. Les deux dragonnes blanches n'avaient-elles pas compris la leçon ? N'allaient-elles pas la laisser manger en paix et se reposer après cette victoire amplement méritée ?



Furieuse, ClawWinds se retourna et galopa vers les cris. Elle ne se souciait plus le moins du monde de l'imposante taille de sa seconde rivale. Après tout elle avait pu la défaire et même si cela était due à la chance, elle trouverait les mêmes conditions pour parfaire sa victoire en y retournant sans attendre. Confiante, elle galopa le sourire aux lèvres.



L'instant d'après, elle se maudit de son impétuosité proche de la sottise alors qu'elle contemplait les nouveaux venus, tapie derrière un arbre particulièrement ventru.

Devant elle, le sol s'enfon√ßait en une vaste cuvette, creus√©e par la chute d'un tr√®s vieil arbre. Cette clairi√®re baign√©e de la lumi√®re rouge du levant avait l'allure d'une ar√®ne ou s'affrontaient trois nouveaux dragons blancs. La entrouverte dans une expression de stupeur b√©ate, ClawWinds contemplait deux des guerriers pr√©sents. C'√©tait √† peine si elle voyait la petite femelle qui participait √† la joute tant les deux grands m√Ęles l'impressionnaient.

Tout deux √©taient au moins aussi imposants que la dragonne qui lui avait inflig√© de cruelles blessures avant de prendre la fuite. Mais leur musculature masculine √©tait plus saillante, leurs pattes plus larges et leurs grondements roques √©taient √† la fois terrifiants et fascinants. ClawWinds observait les deux m√Ęles se battre entre eux, et s'aga√ßait de voir la troisi√®me dragonne piailler autour d'eux et bondir sur l'un ou l'autre √† chaque fois qu'une ouverture le lui permettait.



Tr√®s vite, l'un des deux grands m√Ęles s'√©croula, pris en √©taux entre ses deux adversaires. Le vainqueur se retourna alors brusquement vers la petite dragonne qui n'avait cess√© de le harceler. Celle ci se figea, non pas dans une attitude de soumission ou de peur, mais dans une posture de combat que ClawWinds trouva tout simplement r√©voltante¬†! Il ne faisait cependant aucun doute que l'effront√©e serait vite remise √† sa place. Confiante, ClawWinds se d√©tendit et se rapprocha √† pas de loups pour mieux contempler l'affrontement.



Elle due cependant reconna√ģtre qu'une fois encore, elle s'√©tait laiss√©e emporter par ses bas instincts et regretta son jugement h√Ętif au moment ou le second m√Ęle adopta une posture de vaincu, alors que la petite dragonne lui maintenait cruellement la t√™te au sol, resserrant ses crocs minuscules autour du cou musculeux d'un adversaire deux fois plus gros qu'elle, mais aussi deux fois plus lent.



ClawWinds n'aimait pas qu'on la prenne ainsi à défaut. Ce spectacle lui était particulièrement désagréable aussi décida-t-elle de soumettre elle même la petite dragonne insolente.



Elle descendit dans la clairière en adoptant une attitude aussi menaçante que possible et sentit une douce allégresse monter en elle en constatant que son adversaire montrait des signes de franche appréhension.



Cependant la petite dragonne ne s'enfuit pas et ClawWinds comprenait bien pourquoi. Les deux m√Ęles se train√®rent hors de l'ar√®ne naturelle alors que les bellig√©rantes s'y rejoignaient. Apr√®s avoir vaincu ces colosses, sa troisi√®me rivale de la journ√©e ne tremblerait pas devant elle.



Les deux créatures entamèrent une ronde parfaite, à la manière des loups. Mais aucune ne semblait parvenir à intimider l'autre. Soudain la petite effrontée changea de technique en bondissant vivement vers ClawWinds, mais cette dernière s'y était préparé, l'ayant observée durant son précédent combat. Reculant prestement, la maitresse des lieux vit son adversaire choir au sol et se jeta sur son dos exposé. Le combat fut violent, quoiqu'un peu moins que le précédent affrontement face à la grande femelle. La petite dragonne avait déjà combattu deux adversaires puissants l'instant d'avant, ClawWinds n'eut aucun mal à dominer le combat.

L'intruse cependant ne voulait pas rompre le combat et continuait inlassablement de porter des coups, mais ceux ci tombaient de plus en plus dans le vide car l'épuisement émoussait méchamment ses sens.

Lasse, ClawWinds finit par la plaquer au sol et coin√ßa les pattes et les ailes de sa rivale avec ses propres membres pour l'immobiliser totalement. Plus encore que lorsqu'elle l'avait surprise, affrontant les deux m√Ęles, la dragonne blanche trouva cette rivale minuscule. Une seule de ses pattes avant suffisait √† immobiliser deux des membres de la petite femelle.

Partag√©e entre l'amusement et la piti√©, ClawWinds consenti enfin √† rel√Ęcher sa victime lorsque celle ci cessa de r√©sister en vain, et la regarda s'√©loigner.



Comme les grands m√Ęles avaient √©galement d√©sert√© les lieux durant l'affrontement, la dragonne blanche √©tait d√©sormais seule sous la lumi√®re jaunissante de la clairi√®re. Elle resta l√† un moment, guettant le moindre son qui aurait pu trahir la pr√©sence d'un √©ni√®me intrus sur son territoire, mais seul le vent dans les cimes chantait loin au dessus d'elle, son familier et rassurant.



Alors ClawWinds se redit compte qu'elle avait faim. Son ventre grondait à son tour, réclamant le festin abandonné. Elle se releva donc, secoua nonchalamment ses écailles que le combat avait mises en désordre et repris encore une fois le chemin qui menait à son cerf.



Lorsqu'elle arriva elle poussa un feulement de rage. Les loups avaient profité de son absence pour emporter la carcasse, et en bon chapardeurs ils n'avaient rien oublié.



Furieuse, la dragonne blanche lécha nerveusement le sang qui tachait son épaule puis parti en quête de sustentation.



Elle erra un moment mais constata à son grand effarement que le vacarme des récents affrontements avait fait fuir tous les troupeaux à la ronde. Pour ne rien arranger, marcher lui avait donné soif. D'ordinaire le sang chaud d'un cerf ou d'un sanglier aurait suffit à étancher ce besoin, mais elle avait dépensé bien plus d'énergie ce matin qu'au cours des dernières semaines passées seule à l’abri des arbres. Il lui fallait de l'eau fraiche, et puis sans doute pourrait-elle croquer quelques grenouilles et poissons si elle trouvait un ruisseau.



Elle flaira longuement l'air, jusqu'à déceler une fine trace de limon dans les senteurs environnantes. L'odeur était diffuse et lointaine, mais ClawWinds n'était plus à une promenade près.

Elle suivit la piste et s'√©loigna doucement des endroits qu'elles connaissait bien. Les arbres √©taient toujours aussi colossaux et espac√©s, peut-√™tre m√™me √©taient-ils un peu plus hauts et plus vieux ici. Le sol montrait maintenant de grands blocs de roche lisse et ronde √©mergeant en √ģlots entre les √©cheveaux de racines, et les mousses √©taient plus vertes et plus √©paisses en raison de l'humidit√© croissante.

Enfin la dragonne assoiffée aperçu de la lumière entre les troncs et devina que le point d'eau qu'elle pistait devait être imposant pour briser ainsi le couvert uni des feuillages. Lorsqu'elle l'atteint enfin, elle eu la satisfaction d'avoir pour une fois bien supposé.



Devant elle s'étendait un lac vaste et profond, dont les eaux miroitantes répondaient au bleu du ciel comme au vert des grandes arbres. Une humide fraicheur emplissait l'atmosphère, allégée par une brise légère qui profitait de la trouée pour s'engouffrer dans l'ancienne forêt.

N'y tenant plus, ClawWinds déploya ses ailes et en quelques battements, elle se positionna au dessus de l'eau avant de s'y laisser tomber.



Une gerbe étincelante et délicieusement glacée couronna son entrée dans le lac. La dragonne blanche étendit ses ailes sur l'eau pour flotter, mais les replia très vite en s'apercevant que ses pattes arrières touchaient le fond vaseux.

Le lac n'était pas si profond tout compte fait.

Apaisée, elle ferma les yeux et plongea le museau dans l'eau, puis elle but de longues gorgées dont la fraicheur glissait le long de son cou, y faisant naitre d'agréables frissons. Lorsqu'enfin elle rouvrit les yeux, les tremblements s'intensifièrent soudain, alimentés cette fois par la peur.



L√†, sous son regard, les yeux jaunes d'une gigantesque dragonne aux √©cailles d‚Äôalb√Ętre la fixaient, au milieu d'un √©trange ciel d'eau. Cette b√™te √©tait plus imposante encore que la grande femelle qu'elle avait vaincu, et plus impressionnante que les deux m√Ęles, avec son port de conqu√©rante et le sang qui maculait son visage.

ClawWinds releva précipitamment le cou pour éloigner sa tête de cette ennemie sortie de nulle part, mais la terrible créature reproduisit le même geste en même temps qu'elle.

Elle hérissa ses écailles, alors l'autre en faisait de même sous ses yeux.

Elle se cambra en position d'intimidation, ce que l'autre mima également au même moment.

Elle gronda, et vit le cou de l'autre agité des mêmes soubresauts... pourtant l'énorme dragonne ne laissa échapper aucun son.

ClawWinds poussa un formidable rugissement que l'autre lui renvoya sans un bruit, et abattit ses serres vers cette effroyable ennemie, qui disparut en cercles concentriques.



Alors ClawWinds éclata d'un rire strident en regardant son reflet se reformer au fur et à mesure de l'apaisement de l'eau.